La perception des paysages culturels: les recherches géophysiques et l'engagement social à Bordeaux, France

18-10-2018 10:29

La perception des paysages culturels:

les recherches géophysiques et l'engagement social à Bordeaux, France

 

Le projet archéologique actuellement en développement au sein des communes françaises de Tusson et Fontenille a mis en œuvre, cette année de 2018, une nouvelle campagne de cartographie du sous-sol à l'aide de techniques géophysiques. Le projet, dirigé par le Dr. Friedrich Lüth (Deutsches Archäologisches Institut/Allemagne) et par le Dr. Vincent Art (Université de Toulouse/France), a utilisé une  méthodologie qui présente plusieurs avantages, comme la rapidité (des dizaines d'hectares sont cartographiés par jour), la précision (hautes résolution et définition géo référencées des structures identifiées), et la préservation (il s'agit d'une méthode non destructive et non invasive, ce qui permettra que les futures fouilles archéologiques soient plus dirigées et efficaces).

Au delà de ces avantages, nous soulignons l'implication de la communauté locale dans les recherches. J'ai eu l'occasion de prendre part à ces travaux sur le terrain ce mois d'octobre, et  lors des dialogues avec les habitants, l'un des points principaux qu'ils ont souligné concernait leur interprétation de la formation des différents paysages culturels qui se sont succédés dans la région au fil du temps. Étant donné que les prospections géophysiques s'appliquent sur de grandes surfaces de terre, et que les cartographies sont toujours présentées ensemble (y  compris les cartes obtenues dans d'autres campagnes sur le terrain), le centre de la lecture ne retombe plus sur les célèbres monuments mégalithiques distribués à ciel ouvert dans la région. La perception, maintenant, s'étend sur des paysages plus amples, et intègre des structures enterrées et situées autour et dans les espaces entre les mégalithes.

Le “Tumulus B de La Boixe”, Tusson, France
 

En plusieurs fins de journée, le traitement des données se faisait avec la communauté elle-même. Les gens reconnaissaient des tombeaux, des structures de l'Âge du fer ou des structures romaines. L'on analyse les schémas de présence et les modèles de distribution, les formes des structures, ainsi que leurs dimensions.   

À l'une de ces occasions, une concentration de structures enterrées de caractéristiques modernes a attiré l'attention du groupe. Un membre de la communauté a alors signalé que cette région était connue sous le nom de "vieille ville", quoique personne n'en sache la raison. Ces structures devaient être des restes de bâtiments. La toponymie régionale obtenait ainsi sa probable matérialité.

La communauté commence, donc, à reconnaître des paysages culturels en tant que résultat de processus historiques de formation et transformation de l'environnement, ou même plus, des endroits où de différentes sociétés humaines ont interagi par le biais de leurs savoirs. Un nouveau langage entre les chercheurs et la communauté voit le jour, avec des échanges de savoirs afin de bâtir la compréhension de la préhistoire et de l'histoire régionale.   

Un autre point marquant avancé par les communautés par rapport à l'utilisation des technologies géophysiques concerne le gain en matière de préservation du patrimoine archéologique, outre la possibilité de cohabitation harmonique entre recherche et utilisation des parcelles pour l'agriculture. En suivant une planification stricte, chaque année l'on parcourt les parcelles qui se trouvent entre deux récoltes, sans changer ou nuire au calendrier annuel de production.  Cet avantage a été mis en exergue comme point fort afin d'encourager la préservation du patrimoine archéologique, étant donné que les habitants n'ont plus à craindre d'avoir une partie de leurs parcelles «  figées »  par les recherches.

Un autre point mis en valeur: ce sont les membres de la communauté elle-même qui dialoguent avec les autres propriétaires afin d'obtenir leur accord pour que les recherches se produisent. Tous ces points augmentent la participation et la confiance de la communauté vis-à-vis du projet.

 

Participation lors de l_étape sur le terrain des prospections géophysiques, Tusson, France
 

L'intérêt que le sujet archéologie a suscité auprès de la communauté de Tusson a été également souligné. À partir de là, la communauté s'est sentie stimulée à récupérer et à raconter sa propre histoire à nouveau. Pendant plus de 10 ans, ils ont amassé des photos, des documents et des témoignages des membres de leurs familles et de leurs ancêtres.  Ils ont publié jusqu'à présent quatre livres, richement illustrés, et possèdent des éléments pour en publier davantage.

Ces procédures sont en ligne avec les bonnes pratiques de l'archéologie contemporaine, où la préservation, l'intégration des savoirs, et la participation des communautés locales jouent un rôle majeur.

Je tiens à remercier très spécialement le couple Jean Paul et Bernadette Gervais, habitants de Tusson. En plus de leur extrême cordialité lors de l'accueil de l'équipe, il faut reconnaître qu'ils ont fait preuve de grand enthousiasme et que ce sont des profonds connaisseurs du patrimoine archéologique et culturel régional.

 

 

Je remercie DAI (Deutsches Archäologisches Institut/Germany) de m'avoir donné la possibilité d'être un chercheur invité dans le cadre du projet. “The contribution of Archaeology in the present and future of developing countries: applications in Brazil”.


Consultez l'article complet en anglais et en français via Linkedin: https://goo.gl/duLXyi

 

Procurar no site

Contato

Market Place Arqueoplan (11) 4188 - 9800

Skype:doc.atendimento